Budget fédéral 2019. Vives déceptions pour les médias communautaires de langues officielles en situation minoritaire

Partager le communiqué :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Association de la presse francophone (APF)
267, rue Dalhousie, Ottawa (Ontario) K1N 7E3
613-241-1017 | info@apf.ca | www.apf.ca

Le 20 mars 2019  Bien que l’Association de la presse francophone (APF) était optimiste quant aux trois mesures de soutien contenues dans l’Énoncé économique de novembre 2018, elle est très préoccupée et surtout déçue des critères annoncés dans le budget Morneau 2019 afin d’appuyer la mise en œuvre de ces trois mesures (p. 207 du Budget de 2019).

« La situation est alarmante. L’APF milite pour la mise en place de ces mesures de soutien depuis 2016. Pourtant, les mesures annoncées dans le budget Morneau d’hier ne tiennent aucunement compte des réalités et des besoins criants des plus petits journaux en situation minoritaire », affirme Francis Sonier, président de l’Association de la presse francophone.

Par exemple, pour être considérée une organisation journalistique canadienne admissible (OJCA), « l’organisation doit régulièrement employer au moins deux journalistes ». Or, plus de la moitié des journaux communautaires de langues officielles en situation minoritaire ne répondent pas à ce critère. De plus, le budget confirme que les quelques journaux membres de l’APF qui bénéficient du programme Aide aux éditeurs du Fonds du Canada pour les périodiques ne seront pas admissibles aux crédits d’impôt, même de façon complémentaire.

« Les rares programmes d’aide disponibles pour les journaux communautaires sont déjà très restrictifs. Les décisions prises par le gouvernement fédéral dans la dernière décennie ont eu pour effet de forcer les journaux communautaires à réduire leurs effectifs permanents et à adapter leur modèle de prestation de services en utilisant des sous-traitants », explique Francis Sonier. Conséquemment, le budget Morneau les disqualifie automatiquement, ajoute-t-il.

Bien que le gouvernement ait confirmé la mise sur pied d’un comité d’experts indépendant responsable d’appuyer la mise en œuvre et recommander les critères d’admissibilité aux mesures fiscales d’appui au journalisme, l’APF est très inquiète de la représentativité de son secteur à ce comité. De plus, l’APF est d’avis que les élections fédérales de l’automne et la lourdeur administrative habituelle de l’appareil gouvernemental pour la mise en œuvre de telles mesures se solderont inévitablement en délais de mise en œuvre inacceptables pour ces journaux.

L’APF demandera une rencontre d’urgence avec les ministres responsables de ce dossier.

-30-

Pour plus de renseignements :

Linda Lauzon, directrice générale
Association de la presse francophone
(613) 276-6363
dg@apf.ca