Réactions de l’APF suite à l’Énoncé économique de l’automne 2020

Partager le communiqué :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Association de la presse francophone (APF)
1, rue Nicholas, Suite 1208, Ottawa ON K1N 7B7
613-241-1017 | [email protected] | www.apf.ca

Le 1er décembre 2020 – L’Association de la presse francophone (APF) a pris connaissance de l’Énoncé économique de l’automne 2020 du gouvernement libéral présenté par la vice-première ministre et la ministre des Finances du Canada, l’honorable Chrystia Freeland. Les mesures visant la taxation des géants du Web dès le 1er janvier 2022 ont particulièrement attiré l’attention de l’APF.

« La perception de la TPS/TVH sur les services offerts par les géants du Web annoncé hier constitue un pas dans la bonne direction afin de rectifier les inégalités qui perdurent depuis trop longtemps et nous espérons que cette nouvelle mesure établira une réelle égalité fiscale entre les GAFAM et les entreprises canadiennes », affirme Francis Sonier, président de l’Association de la presse francophone. « Nous attendons avec impatience de recevoir plus de détails sur cette mesure et sur la façon dont elle se traduira en investissement direct dans les médias », ajoute-t-il. « Au Canada, les entreprises comme Google et Facebook monopolisent 80 % des revenus publicitaires en ligne au détriment des médias, en plus d’utiliser leurs contenus sans leur offrir de compensation en retour. Des règles doivent être imposées afin d’arriver à un partage équitable des revenus publicitaires », explique-t-il.

Bien que les mesures incluses dans l’énoncé économique semblent vouloir contribuer à contrer la concurrence déloyale qui existe entre les GAFAM et les médias, d’autres mesures concrètes devront être prises à court afin de dédommager les médias traditionnels qui partagent leurs contenus sur ces plateformes. Des modèles adoptés par l’Australie et la France permettent déjà aux géants du web et aux entreprises de presse de négocier une rémunération pour l’utilisation des contenus. De telles mesures au Canada représenteraient un investissement direct et immédiat dans les médias canadiens.

L’APF attend également avec impatience le plan de relance du gouvernement qui sera élaboré au cours des prochains mois qui sera déterminant pour l’avenir du secteur de la presse.

L’APF souhaite poursuivre son travail de collaboration avec le gouvernement afin de trouver des solutions visant à soutenir les producteurs d’information canadienne tout en appuyant l’économie globale de notre pays.

— 30 —